Le Chablis façon Domaine Laroche

«Tout est ramassé manuellement, il n’y a pas de bâtonnage, pas d’ajout de levure. On s’attache à offrir des vins qui reflètent le sol si particulier de Chablis sans négliger bien sûr qu’il faut des raisins mûrs pour obtenir de l’équilibre. Le bois n’est pas notre signature, il est là pour habiller élégamment. »

Directeur général du Domaine Laroche depuis 2010, Thierry Bellicaud était de passage à Montréal en ce mois de février polaire, il confirmait comme lors de son passage en avril 2014 que les millésimes 2010, 2011 et 2012 ont été compliqués sur l’appellation et que seuls, ceux qui ont été très présents dans les vignes lors de leur conduite, ont sorti des vins de bons caractères. «Sur le millésime 2013, aussi délicat – heureusement, ce que ne sera pas 2014 –, avec une floraison difficile (coulure) et de la pluie jusqu’aux vendanges (perte de 50 % de la récolte), il a fallu également faire attention et trier. On est globalement heureux des résultats.»

Pour les «collectionneurs», je présente les millésimes dégustés au printemps dernier, puis ceux dégustés en février 2015.

Domaine Laroche - St Martin 2012 - Chablis - 25,65 $ (avril 2014)
Le blanc sec locomotive de la maison issu de 60 hectares, vinifié sans contact avec le bois, donc franc et net. Nez expressif et minéral avec une petite pointe de citron qu’on découvre dès l’attaque en bouche derrière des saveurs plus marquées de fleurs blanches et de pommes vertes. Texture souple, volume léger, finale courte. Un chablis efficace qu’on boira avant 2016 sur le plateau de fruits de mer, entre amis.

Domaine Laroche - Saint-Martin 2013 - Chablis – 25,90 $ (février 2015)
Nez très frais, très classique pour l’appellation (pomme et contour citronné), attaque franche toutefois peu tendue, texture ronde, voire grasse, qui offre une très agréable enveloppe, finale courte (effet millésime), un ensemble qui reflète davantage le cépage et surtout le cycle végétatif que l’appellation. Une prouesse tout de même, vue les conditions de l’année. À déguster avant 2017.

Domaine Laroche - Les Montmains Premier Cru 2010 (avril 2015) – 38 $ IP
Nez discret d’agrumes très mûrs, bouche tendue à la finale subtilement biscuitée qui rappelle certains champagnes. On est bien à Chablis, le sous-sol est présent à travers ce caractère légèrement iodé, toutefois les notes d’élevage dominent après quelques minutes dans le verre, l’évolution semble rapide. Un chablis très agréable aujourd’hui et qui peut s’attendre jusque 2017.

Domaine Laroche - Les Vaudevey Premier Cru 2012 (février 2015)
Floral au premier nez, puis légèrement vanillé à l’aération, on retrouve ce caractère aromatique en bouche avec une minéralité bienvenue autour d’une enveloppe ronde et presque longue. Tout est à la fois subtil et précis. L’identité chablisienne est très présente en bouche : tension, citron, calcaire, sel. L’accord avec un fromage de chèvre ou des huîtres semble s’imposerÂ…

Domaine Laroche - Les Beauroys 2010 - Chablis Premier Cru - 37 $ (IP) (avril 2014)
Nez expressif avec une très légère note beurrée qui s’illustre en bouche par un caractère très rond de la texture. Sec sans être mordant, soyeux et droit à la fois, tantôt sur des notes de tisanes, tantôt sur celles de poires, les patients peuvent le glisser sur les clayettes jusqu’en 2018 ou le consommer aujourd’hui, par exemple, sur une sole meunière.

Domaine Laroche - Les Vaillons Vieilles Vignes 2008 - Chablis Premier Cru - 37 $ (avril 2014)
Deux hectares en possession sur les 126 du cru. Ils offrent un nez expressif, axé sur des notes confites de fruits blancs qui s’effacent à l’aération pour laisser la place à la minéralité locale (iode). Beau volume, belle énergie, parfumé et de belle longueur tout en restant aiguisé. Le carpaccio de pétoncles sera bienvenu.

Domaine Laroche - Les Fourchaumes Vieilles Vignes 2008 - Chablis Premier Cru - 46 $ en IP (avril 2014)
Nez expressif, à la fois pâtissier et fruité, tout en élégance. Attaque vive, texture grasse, l’effet du temps l’a déjà intégré, un vin de belle typicité locale où la fraîcheur se conjugue remarquablement aux arômes de fruits blancs cuits. Excellent aujourd’hui, peut aussi attendre 2018.

Domaine Laroche - Les Fourchaumes Vieilles Vignes 2012 - Chablis Premier Cru 2012 (février 2015)
Nez à la fois jeune (herbe, iode) et touché par l’élevage mesuré (fleur d’acacia) : on est en Bourgogne septentrionale ! Le calcaire se présente en bouche dans une chair encore ferme et citronnée, quelques amers se laissent capter, tout est fin, ciselé, tendu. Ce chablis est un séducteur, ce sera un tombeur vers 2020.

Domaine Laroche - Réserve de l’Obédience 2009 - Chablis Grand Cru (capsule à vis) - 123,25 $ (avril 2014 / février 2015)
Avril 2014 : Laroche travaille sur 3 grands crus, cette réserve est issue des Blanchots depuis 1991.
Nez expressif de pop corn peu beurré qu’on retrouve en bouche conjugué à des notes de fleurs blanches, puis d’agrumes légèrement confits. Très fin, voire tendu dans le comportement, le gras de la texture permet un équilibre entre la minéralité et la gourmandise. Finalement très «chardonnay septentrional»: alcalin et énergique. Grand vin qu’on peut attendre jusqu’en 2020 pour les notes de miel habituelles qu’il développera.

Février 2015
Nez fermé, malgré une aération très agitéeÂ… Les arômes ont évolué vers un caractère oxydatif, un joli rancio de miel, d’érable après plusieurs minutes dans le verre. Il met du temps à s’ouvrir en bouche également, la suavité conjuguée à une enveloppe subtilement citrique signe tout de même le cru : des notes de thé Earl Grey (bergamote) et de chocolat blanc finissent par s’exposer en finale. Il est d’un charme fou, davantage charnel que tendu, c’est un excellent chablis prêt à boire qui toutefois, pourrait encore se faire attendre jusque 2019.

Par Guénaël Revel
Texte et photo




Notre suggestion de la semaine

Château Lanessan 10, Cru Bourgeois Ht-Médoc, Boute

Un bordeaux comme on les aime ! Ni trop fruité, ni trop boisé, ni trop concentré. On a ici un vin complexe, généreux, mûr, savoureux, qui attend de se mettre à table. Dégusté avec un sauté de veau aux champignons ; mémoralbe ! NBR a boire

Prix: 28,50 $ - 11609743
Notation: ****

Mimosa d’œuf au thon, mikado de radis
Haddock poché aux épinards frais à la grenobloise
Tarte shortbread à la rhubarbe et aux framboises

La vinification chez Roederer

Dégorgement à la glace en Champagne Crédit: Double Altau - Guénaël Revel

Origine de la cuvée Dom Pérignon

Origine de la cuvée Dom Pérignon Crédit: Double Altau - Guénaël Revel

La Côte des Blancs Salon et Delamotte

La Côte des Blancs Salon et Delamotte Crédit: Double Altau - Guénaël Revel

Les moines et le Champagne

Les moines et le Champagne Crédit: Double Altau - Guénaël Revel

Dégorgement à la glace en Champagne

Dégorgement à la glace en Champagne Crédit: Double Altau - Guénaël Revel

Champagne Drappier

Les moines et le Champagne Crédit: Double Altau - Guénaël Revel
Numéro de client  :  
Les rosés sont arrivés – l’été est là !
C’est bientôt l’été ! Difficile à croire après l’hiver rigoureux que nous venons de passer, mais l’été arrive toujours un jour, et avec l’été, les rosés. Guénaël Revel a dégusté pour vous toute une gamme de rosés commandés par la SAQ.
Du nouveau chez EuroCave
La nouvelle version de l’application EuroCave pour mobiles et tablettes est désormais disponible en téléchargement gratuit sur l’Apple Store pour iOS et Google Play pour Android !
Billecart-Salmon célèbrera son bi-centenaire en 20
Guénaël Revel a rencontré Geoffrey Loisel, directeur commercial pour l’Amérique du Nord de la maison de champagne Billecart-Salmon.
Le Chablis façon Domaine Laroche
Le Chablis façon Domaine Laroche : pureté et endurance, rien n’a bougé depuis un an ! Pour les «collectionneurs», je présente les millésimes dégustés au printemps dernier, puis ceux dégustés en février 2015.
Riesling Grand Cru Rosacker - Cave Hunawihr
Mal connus, les grand crus d’Alsace offrent de belles surprises, de celles qu’on voudrait immortaliser ans la pierre. Rencontre avec Dominique Soller, directeur général de la Cave de Hunawihr.
Douglas Green Bellingham - Durabilité sud-africain
Douglas Green Bellingham (DGB) regroupe sept domaines sud-africains réputés - Boschendal, Franschoek Cellar, The Beachouse, Brampton, Douglas Green, Tall Horse Wines et Bellingham -, en tout, 17 marques et 42 millions de bouteilles.
Mathieu Guyon de Château Rollan de By
La famille Guyon est propriétaire de Château Rollan de By, Cru Bourgeois du Médoc. Mathieu, le fils de la famille, était de passage à Montréal. Guénaël Revel l’a rencontré.
Les Îles Canaries - Une tradition qui date du XVIe
Cette dégustation des vins des Îles Canaries est une première à Montréal. Les heureux participants à ce moment privilégié ont découvert des vins d’une très grande finesse produits avec des cépages autochtones très qualitatifs.
Beatrice Bonacossi de Castello di Capezzana
La visite à Montréal de Beatrice Bonacossi de Castello di Capezzana a été l’occasion d’une rencontre très sympathique au Restaurant Graziella du Vieux Montréal en compagnie de son agent au Québec, Jean-Michel Montaruli de l’agence Montalvin.
Domaine Gardiés en vitesse...
Jean Guardiés a passé quelques heures à Montréal. Guénaël Revel a pu le rencontrer et a dégusté ses vins.

La Turquie - Un enjeu vinicole

La vigne pousse en Turquie depuis des temps immémoriaux. Malheureusement, la religion a entravé la production de vin et plutôt favoriser la culture du raisin de table et surtout celle de raisins secs.

Plus

Ce site est optimisé pour les navigateurs Internet Explorer et Safari
Pica Communications Graphiques - Tous droits réservés 2006