L'Autriche : Terroirs variés, qualité exceptionnelle


Joanie Metivier

La plupart des vins autrichiens sont uniques et d’un niveau de qualité constamment satisfaisante. Les sommeliers en raffolent et les amateurs se les arrachent. Pourtant, le Canada n’était qu’en douzième place en tant que marché d’exportation en 2018, malgré une augmentation de plus de 60 % depuis l’année précédente. On est sur la bonne voie, bientôt vos celliers arboreront de plus en plus le fameux bouchon à l’effigie du drapeau autrichien. Depuis quelque temps, les vins d’Autriche ont eu la réputation d’être un trésor caché, mais ces merveilleux vins purs et stimulants méritent plus d’attention encore.

L’Autriche est peut-être petite, elle fait moins d'un pourcent de tout le vin dans le monde, mais elle est aussi incroyablement organisée. C’est peut-être son côté germanique, mais chaque région est très précise dans son style, dans son expression, mais surtout toujours d’une qualité supérieure. Le progrès réalisé par les domaines à travers le pays dans la production de vins distinctifs est remarquable. Je n’ai honnêtement jamais goûté un mauvais vin autrichien.  Il y en a des meilleurs que d’autres, oui, mais toujours de très haut niveau. Bien que sous-estimé, le vin autrichien fait partit des grandes institutions viticoles en Europe, avec une culture, un respect du vignoble et un héritage vieux de plusieurs centaines d'années. La totalité du vignoble autrichien est gérée par 23 000 viticulteurs. Presque tous les vins fins autrichiens sont produits par de petits établissements familiaux, qui le font depuis des siècles. Dans les dernières années, non seulement une nouvelle génération de viticulteurs est arrivée sur la scène, mais des progrès notables ont été accomplis dont l’identification et la certification du meilleur terroir viticole d’Autriche. Une récolte passionnante de jeunes viticulteurs dynamiques porte les vins autrichiens à un tout autre niveau. Attirant une clientèle croissante et enthousiaste pour leurs vins de classe mondiale.

Pour la suite de l'article, abonnez-vous au magazine