Apprécier la bière, comme le vin


Philippe Wouters

Amateur de bière, toutes les bières, je n'en suis pas moins un amateur de spiritueux, de café, du terroir, mais également de vin. Lorsque Joanie m'a invité à tenir une chronique sur la bière dans un magazine destiné aux amateurs de vins, j'ai sauté sur l'occasion, tant celle-ci permet une approche différente, mais ô combien intéressante : présenter la bière comme alliée gastronomique. Voilà le défi que je me suis donné.

La bière, pendant de nombreuses décennies, on l'a bu à la bouteille, sur le bord d'un terrain de sport et en quantité. C'est la boisson alcoolisée la plus prolétaire, et ce, depuis des siècles. Elle a fort probablement été la première complice de votre première nuit d'ivresse. Pourtant, quand on commence à s'intéresser à ce qu'elle est, au plus profond de ses ingrédients et de ses méthodes de brassage, on découvre un environnement si proche de celui des autres boissons fermentées, y compris le vin. Oubliez les a priori acquis au fil des années et des publicités à grand coup de bière de soif et bienvenue dans un environnement incroyablement vaste et enrichissant. Je vous invite à trouver dans mes futures chroniques une candeur assumée liée à ma passion.

Pour la suite de l'article, abonnez-vous au magazine